« Elle a beaucoup maigri »

La maison qui rend malade

L’habitat indigne est un des volets les plus préoccupants du mal-logement. Il expose ses occupants « à des risques manifestes pouvant porter atteinte à leur sécurité physique ou à leur santé », comme le souligne la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion (MOLLE) du 25 mars 2009. Près d’un million de personnes, occupant 600 000 logements, sont confrontées à des problèmes d’infiltrations d’eau, d’absence de système d’aération ; des plafonds et des escaliers menacent de s’effondrer ; des champignons envahissent les murs…

Des maladies multiples
Des équipements défectueux et des installations électriques vétustes sont à l’origine d’accidents domestiques (électrisations, incendies). L’absence d’installations sanitaires (manque d’eau chaude, notamment) entraîne des pratiques d’hygiène sommaire. Dans un tel environnement, différentes pathologies se développent : le saturnisme, devenu la « maladie des enfants pauvres », mais aussi de nombreux problèmes respiratoires (bronchites, rhinites chroniques, asthme) et des infections dermatologiques (mycoses, allergies, gale) dues à la dégradation et à l’insalubrité des logements.

Un facteur d’échec scolaire
Les enfants sont les premières victimes de ces situations, aux maladies qu’ils contractent viennent souvent s’ajouter une mauvaise alimentation (liée à l’absence d’équipements de cuisine) et des conditions de vie qui favorisent l’échec scolaire. L’impact psychologique est important : le sentiment de ne pas vivre « comme tout le monde » génère des réactions de honte et de repli. Pour les enfants, la vie sociale est handicapante : ils se refusent à inviter leurs camarades pour ne pas exposer leurs conditions de vie et finissent par refuser toute invitation, faute de pouvoir la rendre.

Oser dénoncer les bailleurs indélicats
Illégales, ces situations sont rarement dénoncées par des victimes qui, craignant de se retrouver à la rue, renoncent à faire valoir leurs droits. Afin de faciliter l’intervention des pouvoirs publics et le travail de l’Anah (agence nationale de l’habitat), la Fondation Abbé Pierre appelle à lancer un programme de résorption de l’habitat indigne qui permettrait de rénover 600 000 logements en cinq ans.

Chiffres clés

1/ 600 000 enfants souffrent de mal logement en France (Source : FAP RML 2011)

2/ 4400 enfants sont atteints de saturnisme, une intoxication au plomb due à l’insalubrité du logement (Source : sante.gouv.fr, http://www.sante.gouv.fr/encore-4-400-cas-de-saturnisme-en-france-metropolitaine.html)

3/ Les symptômes : troubles digestifs, anorexie, troubles du comportement (apathie, hyperactivité…) (Source : sante.gouv.fr)