« Quand on est né dedans, on reste dedans »

Pauvreté, précarité, ruralité

Une pauvreté masquée
Bon nombre de personnes rêvent de vivre à la campagne. Pourtant, derrière les fantasmes de vie au grand air se cache parfois une autre réalité. Une grande pauvreté accentuée par la crise économique, révélée par un habitat « impossible » à rénover tant les frais sont élevés. 14,8 % des personnes résidant en zone rurale vivraient sous le seuil de pauvreté1.

Les personnes âgées particulièrement exposées
En zone rurale, les ménages sont plutôt des personnes seules, âgées, retraitées, qui ont hérité de leur maison mais ne peuvent pas toujours l’entretenir ou la rénover. Le rapport de l’IGAS, publié en 20092, confirme qu’il s’agit pour une part importante « de propriétaires très peu solvables dont le logement est inconfortable ou en mauvais état, et pour qui l’aide des pouvoirs publics n’est pas très efficace : les aides existantes (ANAH) constituent une contribution au financement de la rénovation mais ne peuvent en prendre la totalité en charge. » C’est ainsi que des personnes vivent aujourd’hui sans eau, ni sanitaire, alimentées en électricité par une installation dangereuse, les murs recouverts de papiers journaux pour tenter de s’isoler du froid et du vent.

Des solutions à inventer rapidement
Pour leur venir en aide, des associations développent des solutions. Exemple, ce retraité qui a hérité avec ses frères de la maison parentale où il souhaite continuer à résider. Incapable de rembourser leurs parts, il se voit sous le coup d’une menace d’expulsion. L’association « Une famille Un toit 44 » lui propose de racheter la maison et de rembourser sa part à chacun des frères. Le retraité cédant la sienne en échange d’un droit d’usage à vie. Sans le soutien financier de l’association, le pire était envisageable. Une initiative qui a permis de maintenir la personne dans son lieu de vie, avec dignité et dans le respect de ses choix.

Chiffres clés

1/ 270 000 logements n’ont pas de WC intérieurs (FAP, RML 2011)

2/ En 2005, 1 126 000 salariés cumulent plusieurs emplois (source Insee)