« Le webdocumentaire, une nouvelle façon d’interpeller l’Etat »

par Yves Colin, Directeur de la Communication de la Fondation Abbé Pierre.

« Le logement est une dimension intime de la vie ; plus encore lorsque l’on est victime d’une problématique de logement indigne ou dégradé. Dans le monde associatif, on sait que ce qui ne se voit pas n’est pas traité par la puissance publique. Pour qu’elle prenne pleinement conscience d’une situation, il faut montrer la réalité. Nous avons choisi le web documentaire parce qu’il permet de parler du mal-logement en préservant l’intimité et la dignité de personnes déjà fragilisées. À l’aide de photos, d’entretiens audio, on n’entre pas dans leur vie de manière aussi frontale qu’avec un document vidéo. En outre, ce médium est innovant : il touche des publics qui sont de vrais relais d’opinion (la presse, les décideurs) et les jeunes, à la fois victime du mal-logement et porteurs d’avenir. L’importance des problèmes liés au logement est telle que seuls les moyens déployés par les pouvoirs publics pourront mettre un terme à cette crise qui, il faut le rappeler, est antérieure à la crise économique de ces dernières années. En mettant ce web documentaire en ligne, la Fondation poursuit la mission d’interpellation qu’elle a héritée de l’abbé Pierre. »

Samuel Bollendorff : « Le modèle sociétal est en péril »

Photographe professionnel, Samuel Bollendorf s’est fait remarquer par de nombreux reportages sur des questions de société publiés notamment dans Libération : hôpital, école, police, prison, il propose un regard social sur l’institution en France. Il est considéré comme « le père du webdocumentaire ».
« Ce qui était important, c’était de montrer que de plus en plus de gens peuvent basculer dans le mal-logement, que le rêve d’une France de propriétaires n'est pas si simple, et qu'il crée aussi de l’endettement et de la précarité. La réalité, c’est que notre pays, censé être un pays riche, se montre incapable d’assurer des conditions de vie dignes à plusieurs millions de ses concitoyens. On touche là au socle, à l’idée du bien commun. C’est là que l’on comprend que le modèle sociétal est en péril. »

http://www.samuel-bollendorff.com

Mehdi Ahoudig : « Le logement, c’est le baromètre de la situation sociale d’un pays »

Réalisateur de documentaires radio — il collabore notamment à arteradio.com et à France Culture — Mehdi Ahoudig a beaucoup travaillé sur des problématiques sociales, et développe un travail qui tente de donner la parole à ceux qui ont rarement l'occasion de la prendre. En 2011 il obtient le prix Europa dans la catégorie "documentaire radio". « Ce qui m’a marqué, ce sont les situations humaines, et la sincérité avec laquelle les intervenants nous ont livré leur histoire. En interrogeant la difficulté de logement, on touche à la fois la sphère intime et sociale. Les conséquences de ces situations sociales et économiques qui ce dégradent mettent a mal la vie intime.
Le mal logement et ses causes constituent le baromètre sociale de notre pays.

Remerciements

D’abord et avant tout, merci à toutes les personnes qui ont accepté de témoigner : Véronique et Rodolphe Demanet, Yannick Nagel, Joëlle Burg, Bernadette Demanet, et son fils Patrick, Viviane Hippolyte et son fils Richard, Lola Milanovic, Pierre Marchand, Pierre Courreye, Malika et Mansour Visse et leurs enfants, Luigina Piussi, Mohamed et Naita Hidara et leurs enfants (et surtout Ouarda), Michel Leffler et Michèle Gusmann et leurs enfants, Daniel Oliviero et sa compagne, Ikhlek Bouazza, Abdelkader Benjilali et Bedran Badrani.
Yves Colin et Mighelina Santanastaso de la Fondation Abbé Pierre

Arte radio pour sa participation au projet
http://www.arteradio.com

Jacques Colin (journaliste)
Pour BDDP Unlimited : Marion Combaluzier, Karima Guenivet, Claire Moreaux (responsables du projet) Arnaud Redard et Sandy Vigneron (Direction artistique), Fabien Bourgain, Nicolas Passaquet et Guillaume Coiffet (Développement Flash), Roland Tran (Responsable technique).
http://www.bddpunlimited.com/